21 février 2018, 15:32 -


Alors que son album « Trōne » a été certifié double disque de platine, Booba s’est confié à nos confrères des Inrocks. 

C’est à Miami que le DUC s’est entretenu avec le média. Il s’est confié sur la longévité de sa carrière : 

“Je m’étonne tous les jours, dit-il en versant trois sachets de sucre dans son thé glacé. L’autre fois, je regardais les statistiques des gens qui me suivent sur Instagram : ça va de 14 à 44 ans. J’ai l’impression d’avoir traversé le temps comme Highlander et vu tous mes concurrents mourir. Sur tous les mecs que j’ai croisés en featuring durant ma carrière, combien sont encore debout ? La longévité est tellement rare, que ça soit dans la peinture, la littérature ou le sport…” 

Le rappeur de 41 ans a ensuite expliqué que sa force réside dans sa capacité à se réinventer : 
“Je me suis toujours adapté, mais la vérité c’est que je ne bâtis pas de stratégies. Je vis juste avec mon temps. Aujourd’hui, je n’écoute pas que du rap et ça se reflète dans mes morceaux. Un titre piano-voix comme Petite fille sur mon dernier album, c’est comme du Renaud par exemple.” 

Le DUC a ensuite fait part de son envie de créer pour les autres : « Le rap, c’est beaucoup de travail et ce n’est plus une fin en soi. Idéalement, j’aimerais faire un dernier disque et arrêter. Mais quand je parle d’arrêter, j’évoque le format album avec douze morceaux. Si ça se trouve, je sortirai des chansons toute ma vie, car même à 60 ans, je pense que je continuerai à écouter les beats qu’on m’enverra. Mais j’arrive à un âge où j’ai envie de créer pour d’autres artistes. Je n’envisage plus la musique uniquement qu’à travers moi.« 

L’intégralité de cette interview est disponible en kiosques, dans le nouveau magazine des Inrockuptibles.