10 janvier 2019, 18:06 -

Columbine – Borderline

Columbine dévoile le clip du titre solo de Lujipeka, « Borderline » , extrait de l’album Adieu Bientôt

 

Paroles/Lyrics :

dans tous les cas, j’te vois de loin
Car t’es forcément quelque part
On s’attrape demain, là, j’peux pas
Aurore boréale, peur du noir, comme si c’monde n’était pas fait pour moi
Deux copines qui s’embrassent, tout s’accélère, tout s’emballe
La pupille qui scintille devant la Terre qui s’embrase
En équilibre au bord du gouffre, gouffre borderline
Toute ma vie à bout d’souffle, plus d’bien, plus d’mal
Chanter, chanter à s’en casser la voix
Les chiens aboient, cherchent où passer la nuit
T’as jamais soufflé sur ma voile
J’mets de la lumière sur ma ville et j’lâcherai des « vu » à vos appels à l’aide
J’déteste c’que t’aimes mais j’dois faire avec (j’dois faire avec)
J’traîne les mêmes histoires depuis des années
J’ai arrêté de les compter, à découvert, j’veux plus camper
Au moins ça forge d’avoir personne sur qui compter
J’voulais aider mais à quoi bon? T’es pas mauvais, est-c’que t’es bon?
On finira par se haïr, de toute façon
J’ai tellement mal que je souris à m’en déchirer les lèvres
J’ressasse tous les souvenirs, y a plus rien d’bon qu’des mauvaises herbes
Sur l’île des jouets brisés des gens bizarres parlent de misère
Survivre, j’en suis capable, mais toi non, j’te lève mon verre
Dans tous les cas, j’te vois de loin
Car t’es forcément quelque part
On s’attrape demain, là, j’peux pas
Aurore boréale, peur du noir, comme si c’monde n’était pas fait pour moi
Deux copines qui s’embrassent, tout s’accélère, tout s’emballe
La pupille qui scintille devant la Terre qui s’embrase
En équilibre au bord du gouffre, gouffre borderline
Toute ma vie à bout d’souffle, plus d’bien, plus d’mal
Freine, on descend, là
Où tu m’emmènes (où tu m’emmènes) je n’irai pas
J’sais plus quoi faire donc j’fais du mal (donc j’fais du mal)
Comment l’refaire (comment l’refaire?) sans te revoir?
Dans tous les cas, j’te vois de loin
Car t’es forcément quelque part
On s’attrape demain, là, j’peux pas
Aurore boréale, peur du noir, comme si c’monde n’était pas fait pour moi
Deux copines qui s’embrassent, tout s’accélère, tout s’emballe
La pupille qui scintille devant la Terre qui s’embrase
En équilibre au bord du gouffre, gouffre borderline
Toute ma vie à bout d’souffle, plus d’bien, plus d’mal