29 mars 2019, 9:59 -

Après Jok’Rambo, Jok’Air revient en Travolta

Après avoir quadrillé l’année 2017 avec trois projets, puis sorti son premier véritable album solo l’an dernier, l’ancien membre de la MZ Jok’Air dévoile aujourd’hui son nouveau projet, presque un an après le précédent. Fort d’une esthétique puissante et frappante dès la simple pochette du projet (qu’on doit à David Delaplace), et à cheval entre de multiples styles musicaux tous maîtrisés, Jok’Air présente un second projet encore plus ambitieux, et plus riche musicalement. Si Jok’Rambo était un projet solide, Jok’Travolta en est un encore plus lumineux et ambitieux, et qui n’hésite pas à briser les frontières des genres.

Percutant sur ses terrains de prédilection qu’ont toujours été le chant et la retranscription d’émotion, Jok’Air va également se mesurer avec d’autres styles musicaux bien plus agressifs, allant même parfois jusqu’à proposer des bangers d’une violence rare, qui s’inscrivent sans problème dans la tracklist de ce Jok’Travolta. C’est bien là toute la force de ce projet, aussi étendu musicalement que cohérent, grâce à l’interprétation de l’artiste, porté par sa signature vocale si particulière. Les fans de la première heure ne seront pas déboussolés, mais auront bien droit à de belles surprises à certains moments phares de la tracklist, lorsque le rappeur va se confronter à des instrumentales bien loin du hip hop, et de ce qu’on a eu l’habitude d’entendre de sa part. Au coeur du projet, l’ovni Las Vegas achève de nous convaincre de l’étendue des capacités et des ambitions de l’artiste.

Jok’Air a réussi à la fois à se renouveler sans perdre son identité, et à faire une mise à jour de ce qu’il proposait par le passé, pour nous livrer assurément son projet le plus cohérent et le plus réussi à ce jour, avec ce Jok’Travolta. Appuyé par des grosses collaborations, comme celles avec Alonzo, Laylow, mais également Sadek ou encore Chilla pour ne citer qu’eux, Jok’Air revient puissamment dans les bacs et sur nos plateformes de streaming, avec un 17 titres dans lequel on peine à trouver du déchet. Mention spéciale pour le morceau Papa, une collaboration aussi inattendue qu’attendrissante… Jok’Travolta, partout dans les bacs !

Écoute gratuite avec