17 octobre 2017, 11:57 -

Par Regis Boussari

 

Ces dernières années, de nombreux rappeurs français ont commencé à faire mention de la codéine dans leurs titres et leurs visuels (Sneazzy, Damso, Joke ou encore Hayce Lemsi, par exemple).

Le produit en question se nomme le purple drank. On l’appelle également syrup, sizzurp, lean ou encore Texas tea.

Il s’agit en réalité d’une drogue qui s’obtient en mélangeant du sirop pour la toux (codéiné) avec un soda type Sprite et généralement quelques bonbons pour parfumer le tout. Le mélange des fluides donne cette couleur pourpre au produit d’où l’appellation « purple drank ». En termes d’effets, le syrup donne l’impression de ralentir et suscite une sensation de bien-être, voire d’euphorie à son consommateur.

 

 

Origines

L’origine de cette drogue remonte aux années 60 à Houston. À l’époque, des écrivains et des musiciens de blues dans la région mélangeaient déjà des sirops pour la toux avec de la bière ou du vin pour libérer leur imagination et repousser leurs limites créatives.

À partir des années 80, les rappeurs de la région ont commencé à les imiter en remplaçant l’alcool par des sodas et en ajoutant des bonbons au mélange.

C’est devenu avec le temps un élément typique de la culture hip hop à Houston, notamment sous l’influence d’un certain DJ Screw.

 

 

Popularisation

Ce DJ Screw est le leader d’un collectif de rappeurs, la Screwed Up Click (qui inclut des pointures du rap sudiste comme Z-Ro, Big Moe ou Lil Flip) et est également un grand amateur de sizzurp.

 

Sa consommation excessive de codéine va lui inspirer l’invention d’un technique de mix qu’il va nommer le « chopped and screwed ». Elle consiste à ralentir le tempo des morceaux de rap à environ 60/70 bpm pour imiter l’effet que la codéine provoque sur le cerveau. Ces remixes ralentis reflètent ce qu’on ressent sous lean, c’est-à-dire une impression de planer ou d’avoir la tête dans un nuage.

 

L’auteur Lance Scott Walker note que la musique de DJ Screw était particulièrement adaptée au lifestyle de Houston : il y fait très chaud et l’agglomération est très étendue donc les habitants passent énormément de temps à faire des longues rides en voiture en écoutant de la musique. Le chopped and screwed de DJ Screw ralentissant les morceaux, ça permettait aux chauffeurs d’avoir suffisamment de musique pour les longs trajets.

 

Jusqu’à la fin des années 90, le syrup est surtout populaire au Texas et dans les États du Sud, mais un titre va permettre à la boisson d’accéder à une notoriété nationale aux USA et le faire connaître au grand public : le single « Sippin’ on Some Syrup » de Three 6 Mafia & UGK en 2000. Dans le clip, on y voit les rappeurs en très bonne compagnie siroter un liquide pourpre à l’aide de biberons.

 

Le purple drank va donc s’étendre au reste du pays, et des célébrités telles que Lil Wayne, A$AP Rocky, Future ou même Drake vont en faire mention dans leurs titres, jusqu’à le populariser au niveau mondial. Même Justin Bieber a été soupçonné d’en abuser à une période.

 

De nombreux tubes de rap font directement référence à cette drogue, citons notamment « Codeine Crazy » de Future ou encore « Purple Swag » d’A$AP Rocky.

 

 

Conséquences et risques

Malheureusement tous les excès ont un prix, et la consommation de lean n’a rien d’inoffensif pour l’organisme : la codéine peut rapidement rendre dépendant, provoquer démangeaisons, vomissements et troubles respiratoires ou encore même conduire à la dépression.

 

De nombreux artistes connus pour consommer du lean en sont décédés, à commencer par celui qui l’a popularisé, DJ Screw, en 2000 quelques mois après la sortie du titre « Sippin’ on Some Syrup ».

 

En 2007, un proche de DJ Screw, Big Moe décède en raison de son addiction au produit, ainsi que Pimp C, moitié du légendaire groupe UGK. Plus récemment, A$AP Yams, fondateur du A$AP Mobb, est décédé d’une overdose de codéine en janvier 2015. On sait aussi que Lil Wayne combat son addiction au produit depuis des années et est régulièrement hospitalisé pour des problèmes respiratoires.

 

Plus proche de chez nous en France, deux adolescents sont morts à la suite d’un usage excessif de cette boisson en 2017. À la suite de ces faits divers, le Ministère de la Santé a publié un Arrêté le 12 juillet interdisant la vente de médicaments à base de codéine sans ordonnance.

 

Cependant, si cette musique vous intéresse, plusieurs DJs se sont spécialisés dans la création de remixes chopped and screwed des principaux tubes de rap. Slim K publie régulièrement des mixtapes avec les hits du moments ralentis, et OG Ron C revisite carrément des albums entièrement en chopped & screwed. Je recommande particulièrement sa version ralentie de l’album « Take Care » de Drake, ( « Chop Care », disponible gratuitement sur DatPiff )