11 février 2019, 11:40 -

Une cérémonie sous le signe de la diversité

Et c’est déjà une première bonne nouvelle. Cette 61ème cérémonie des Grammys a été ouverte par un discours fort de l’ex première dame du pays, Michelle Obama, qui a parlé aux côtés d’Alicia Keys, mais également de Jennifer Lopez, Lady Gaga et Jada Pinkett Smith.  » La musique m’a toujours aidé à raconter mon histoire, et je sais que c’est la même chose pour chacun ici« ,a déclaré Michelle Obama. « Que nous aimions la country, le rap, le rock, la musique nous aide à partager notre dignité, nos soucis, nos espoirs et nos joies. Elle nous permet de nous entendre les uns les autres, et nous montre que tout cela est important, chaque histoire, chaque voix, chaque note au sein de chaque chanson. » dit-elle pour lancer la cérémonie. Une cérémonie déjà plus féminine que les anciennes, avec 5 femmes sur 8 nominés pour l’album de l’année, et 6 femmes sur les 8 potentielles révélations de l’année. Lady Gaga repart d’ailleurs avec deux Grammys, la meilleure prestation pop solo avec Joanne, et la meilleure prestation pop en duo avec Bradley Cooper pour Shallow.

Entre des performances et des apparitions notables de Post Malone aussi bien que de Diana Ross ou des Red Hot Chili Pepper, c’est Cardi B et Childish Gambino qui tirent leur épingle du jeu pour l’urbain. Le prix de l’album de l’année passe devant Pusha T, Mac Miller, Nipsey Hussle et Travis Scott pour revenir à Cardi B, tandis que Donald Glover aka Childish repart avec un double trophée, chanson de l’année et clip de l’année, pour son morceau This Is America. Ce malgré la polémique autour d’un possible plagiat sur le morceau, et Childish n’a de toute façon pas récupéré ses trophées puisqu’il n’est pas venu à la cérémonie. Peu convaincus par le regard que portent les Grammys sur le rap, Drake, Kendrick Lamar et Childish Gambino avaient en effet refusé de performer aux grammys. Ils ont tenu parole et ne se sont pas montrés, sauf Drizzy Drake, venu sans prévenir récupérer son titre de chanson rap de l’année avec God’s Plan. Pas de show en effet pour le rappeur, mais un discours qui accrochait légèrement la cérémonie, expliquant aux gens qui font les choses avec le coeur qu’il n’auront jamais besoin d’un trophée officiel pour avoir gagné. Un discours malencontreusement coupé par la prog, qui a envoyé la pub avant que le canadien ne termine totalement… le message est passé !