14 mars 2019, 10:26 -

Le rappeur pousse un coup de gueule contre les ghostwriters

Alors que son nouvel album Death Race For Love est sorti vendredi dernier, le nouveau rappeur star de Chicago Juice Wrld a poussé un léger coup de gueule sur son compte twitter, à propos des rappeurs qui ont besoin de ghostwriters, ces auteurs qui écrivent leurs morceaux à leur place. Démocratisé dans l’industrie musicale depuis bien longtemps, l’usage de ghostwriter est une pratique de plus en plus assumée, tout particulièrement de l’autre côté de l’océan. On peut citer comme exemple célèbre Quentin Miller, ghostwriter notamment du géant canadien Drake.

Mais pour Juice Wrld, le fait de réaliser un album tout seul ou en tout cas ne pas utiliser de ghostwriter mérite plus de crédit qu’un travail d’équipe. Le rappeur déclare  sur ses réseaux qu’il a freestylé tout son album, et qu’il « n’a besoin d’aller chercher un ghostwriter« , mais se dit outré de ne pas recevoir le crédit qu’il mérite pour son travail.

Le rappeur ajoute après qu’il n’a besoin d’aucune autre aide que celle de son esprit créatif, qu’il décrit comme « quelque chose que m’a donné Dieu et que personne ne pourra me reprendre ».

Juice Wrld n’est pas le premier rappeur à revendiquer ce processus de création, on peut facilement penser à des rappeurs comme Notorious BIG ou Jay Z, réputés pour ne pas écrire leur textes mais plutôt les retenir mentalement, ou encore Oxmo Puccino en France, qui a également beaucoup travaillé comme ça. Le discours est plus surprenant de la part d’un jeune rappeur, qu’on imagine plus proche de Lil Yachty que de Joe Budden et qui a été découvert avec un single chanté qui allait bien au-delà du rap, mais au moins Juice Wrld ne se contente pas de parler pour rien et ne ment pas quand il parle de freestyle, comme le montre ce freestyle de plus d’une heure réalisé sur Westwood TV !