17 avril 2019, 11:25 -

Quand des gamins prennent l’Europe et l’enculent à 11. 

Face à une Juve à priori plus forte sur le papier, les hommes d’Erik Ten Hag ont joué ce match comme si c’était leur dernier. Sans tabou. Sans théâtre. Pas le temps pour les regrets. En éliminant tour à tour les « grosses têtes » européennes, les blancs-et-rouges sont plus que jamais en course pour monter sur le toit de l’Europe.

Les néerlandais ne sont pas du genre à se pointer au BAC sans avoir révisé, en espérant choper la moyenne au talent. Non. La chance n’a rien à voir dans leur succès. Eux ont parfaitement préparé leur examen, et ressortiront de celui-ci avec une mention Très Bien en poche. Lors des matchs de l’Ajax, rien n’est laissé au hasard. Ils connaissent parfaitement les qualités et faiblesses de leurs adversaires.

« On a grandi comme les princes de la ville. »

Comment expliquer à, nous autres supporters parisiens, que des gamins qui n’ont même pas l’âge d’acheter de l’alcool portent plus leurs couilles sur le terrain que nos « superstars » ? Malgré leurs chevelures blondes digne d’une pub Head & Shoulders et leurs allures de choristes, ces petits jeunes nous marcheraient dessus sans problème dans l’engagement. Finie l’excuse « C’est car là Ligue 1 est trop faible ». L’Ajax joue tous les week-ends face à des cultivateurs de beuh et arrive tout de même à laver les plus grands d’Europe dans leurs propres stades.

Je rêve tellement d’un Van de Beek au PSG. J’irais moi-même le chercher en Ouibus à Amsterdam pour le ramener à Paris, si il le faut. Face aux Bianconeri, ce taré était tout simplement partout : à droite, à gauche, devant, derrière… Je suis sûr que si je m’étais levé pour aller aux toilettes, je l’aurais croiser dans mon couloir. Sors le chéquier, Nasser. Chèques vacances, tickets restos, billets violets, tu te démerdes comme tu veux mais je veux le voir cet été dans les insta story de Kimpembe. 

« Avant il était moche dans la tess. Aujourd’hui, il plait à Jorge Mendes »

De Jong est un futur très très grand. Après une première mi-temps ratée, le futur milieu du Barca s’est réveillé et a éclaboussé l’entrejeu néerlandais de sa classe. Comme si c’était dans le pire qu’il devenait le meilleur. L’élève qui ne vient jamais en cours mais valide toujours ses années facilement. Un bel enfoiré, quoi.

Et que dire de Matthijs de Ligt ? 19 ans, capitaine de l’Ajax, buteur décisif, incroyable défenseur et possédant une énorme paire de couilles sur le terrain. On n’avait pas vu une entrée aussi fracassante dans un game, à un aussi jeune âge, depuis Kylian Mbappé et Ninho. C’était son destin. 

Son duel face à Cristiano Ronaldo était flamboyant, mais c’est bel et bien lui qui en est ressorti vainqueur. Soyons honnêtes : De Ligt prend tous les jours le brassard à Thiago Silva au Paris Saint-Germain. Même sa place de parking, son casier et sa chaise à la cantine. 

Quand Ronaldo est rentré dans les vestiaires après le match.

On imagine la réaction de « CR7 « qui se fait éliminer, après trois sacres consécutifs, par une équipe de gamins. Par un club néerlandais qui a même eu le culot de faire rentrer en fin de match Klaas-Jan Huntelaar. HUN-TE-LAAR, quoi. Et bonne année 2012, hein. Lourd le nouveau jean G-Star et la petite paire de Feyue.

Après le match, Cristiano a du rentrer en fureur dans le vestiaire turinois en criant à ses coéquipiers qu’il appréciait à moitié ce qu’il venait de se passer, avant de demander à De Siglio (fautif sur le premier but) de sortir de la pièce. 

« Et un peu de Cristiano pour bien relever le goût »

Je pense qu’on ne réalise pas assez l’incroyable performance des petits néerlandais dans cette compétition. Éliminer le Real Madrid puis la Juventus, dans leur propre stade, relève presque de l’impossible.

L’Ajax, c’est un peu ce mec qui se tape l’incruste dans ta soirée, finit les bouteilles, fait rire tous tes potes puis repart au bras de la meuf que tu voulais gérer. Après avoir sauter l’espagnole et l’italienne, le charo néerlandais a déjà un beau palmarès dans son caleçon. Sa prochaine cible ? L’anglaise. Moins sexy mais beaucoup plus rugueuse. Celle qui travaille davantage les biceps et que les fesses, lorsqu’elle est à la salle. Pas de quoi faire à l’Ajax, qui compte bien lui faire un BréXit avant l’heure. Interdit aux moins de 18 ans, bien sûr. 

Tottenham dans un bras. Manchester City dans l’autre.

La trajectoire de l’équipe néerlandaise dans cette Ligue des Champions me fait beaucoup penser à celle des frères PNL dans la musique. Un groupe qui, par son style original, a réussi à renverser les plus grosses têtes pour arriver au premier plan dans le game. À chaque tour, ils prennent des grands d’Europe et les enculent à 11.

J’ai quand même hâte de voir tous les nouveaux supporters que l’Ajax va avoir. Beaucoup vont s’inventer des origines néerlandaises sous prétexte que leur oncle est allé quelques fois acheter de la beuh à Amsterdam durant sa jeunesse. 

Au faite, j’avais oublié de vous préciser que j’étais vietnamien-néerlandais ? Maxime Van Girbeek, de mon vrai nom, pour vous servir.

Comme beaucoup, je me sens obligé de supporter l’Ajax dans cette campagne européenne. Peut-être car la nature humaine veut souvent que l’on soutienne les plus faibles face aux forts. Après le coup de sifflet final, je sautais de choix partout. Mon père qui était à côté de moi m’a dévisagé puis dis « À 20 ans ils sont en demi finale de ligue des champions, et toi ? ». Sans sommation. Totalement gratuit.

« La vie de l’Ajax : dégainer à toute heure. »

Alors oui, on sait que beaucoup des coéquipiers de Frenkie De Jong, dont lui-même, vont quitter le navire cet été. Se casser avant qu’ils se perdent. Malgré le prestige de l’Ajax d’Amsterdam, il est logique que certains visent des « top clubs » comme le FC Barcelone, Real Madrid ou Bayern Munich. Car comme lorsqu’un artiste a un énorme buzz grâce à un hit, il faut derrière choisir un label qui va l’aider à faire progresser sa carrière sur le long terme, pour le faire devenir grand. 

Surtout qu’avec l’argent de la vente de leur onze de départ, on pourrait facilement remettre à neuf la Cathédrale de Notre Dame. 

Merci à l’Ajax de nous faire vibrer et surtout, de prouver à tous que ce ne sont pas les forts qui gagnent mais ceux qui gagnent qui sont forts.