19 décembre 2019, 9:49 -

« Star Wars, épisode IX : L’Ascension de Skywalker » est sorti en salles hier. L’occasion de revenir sur trois morceaux de rap dédiés à la saga de Georges Lucas. 

 

Entre clins d’oeil et véritable déclaration d’amour en 16 mesures, Star Wars n’a de cesse de semer son influence et son héritage dans le rap game. Depuis la sortie de son premier volet, la saga a littéralement bercé toute une génération et s’est incrustée dans le paysage culturel. 

Entre mises en scène dans des clips vidéo et références textuelles, impossible d’énumérer le nombre de fois où Star Wars a été cité dans le rap français, mais voici une sélection de trois morceaux de rap qui s’inspirent de la saga : 

 

  • IAM – L’EMPIRE DU CÔTE OBSCUR 

« Je me souviens, quand j’étais petit, avoir pris une claque au cinéma en découvrant la Guerre des étoiles », expliquait Akhenaton pour France Info en 2015. « Ça nous a influencés, évidemment, et nous avons mis dans nos premiers morceaux des références à la saga. »

Sortie en 1997 dans l’album ‘L’école du micro d’argent’, le morceau regorge de références et rend hommage à la saga. « C’est aussi un morceau très engagé dans lequel nous dénonçons un système. Celui dans lequel les gens qui ont fait de grandes écoles se font passer pour des gentils et stigmatisent les ‘grands méchants’ des banlieues. »

 

  • BOOBA – MAÎTRE YODA

Quoi de plus explicite pour le second morceau de cette sélection que le rappeur Booba et son célèbre ‘Maître Yoda ‘. La main gauche tatouée à l’effigie du personnage emblématique de l’univers Star-Wars, il est symbole de sagesse et de maîtrise. Un leet-motiv qui correspond assez bien à la carrière du rappeur aux plus de 2.5 millions d’exemplaires vendus. Booba déclarait pour Trace en 2012, « Maitre Yoda c’est spirituel enfaîte, c’est comme un chevalier du Zodiac, Shiryu. C’est la force tranquille. Je suis posé et réfléchi. »

 

  • S PRI NOIR – SKYWALKER

Dans le même esprit, comment passer à côté du morceau Skywalker d’S PRI NOIR. En 2017, il déclarait pour Konbini, « Je trouvais que ça me correspondait. Tu prends Anakin Skywalker, il est tiraillé entre le bien et le mal et je pense que le genre humain connaît les mêmes tiraillements. L’idée, c’est d’aller vers le bien et ça me correspond aussi. C’est pour ça que là, j’ai pris Anakin Skywalker. »