18 février 2020, 12:16 -

Alors qu’il démarre le rap à l’âge de 11 ans, Leonis est arrivé à maturité et présente son premier EP « Leonis« . Un premier projet éponyme qui sonne comme une carte de visite faite de punchlines et de flows aussi variés que réussis.

 

 

Longtemps resté dans l’ombre, Leonis a décidé que 2020 serait pour lui l’année de la lumière. À 24 ans, Leonis a déjà passer la moitié de sa vie à gratter des textes et débiter des phases. Dans sa ville de  le brun aux yeux bleus fait ses preuves de freestyle en freestyle, le MC sortait à l’époque un son tous les six mois et ça depuis ses 15 ans et son premier clip. Une précocité qui n’est pas synonyme de précicpitation au contraire. En grandissant, le jeune garçon se met à travailler dans la logistique et délaisse un peu le rap avant de retomber dans sa passion de toujours après un passage en studio. Dès lors, Leonis se rend compte d’une chose : il a bien grandi depuis ses débuts et sa plume aussi. Si bien qu’avec le soutien de son équipe de production, le rappeur décide de réaliser son premier vrai projet : un EP de 9 titres.

 

 

Cet EP, Leonis commence à le construire avec un premier titre et un premier clip : Toujours au fond du tieks. Un premier extrait cloud où le MC montre sa capacité à produire couplets comme refrains et ça sans fausses notes. À partir de ce clip s’en suit une série de singles clippés marquée par le succès du morceau 100 K. Leonis change ainsi son fusil d’épaule, comme il prend plaisir à le faire sur l’ensemble de l’EP d’ailleurs. Le flow est différent, plus autotuné et chantant, le morceau n’en est que meilleur et le titre se transforme en hit. C’est ça la patte Leonis : une écriture réaliste toujours inspirée du vécu et une multitude de flows. Il y tient, avoir le plus de flow c’est avoir le plus de possibilités et donc de chances de réussir. Cette folle envie de faire sa place dans le rap game, elle transpire de ce premier EP que l’on ne peut que vous conseiller.