3 mars 2020, 15:31 -

Sorti mondialement le 31 janvier dernier, la création Netflix Uncut Gems est un beau tour de force : l’un des meilleurs rôles de l’iconique Adam Sandler, les frères Safdie à la réalisation, des invités de renom et un univers audiovisuel bien défini. Alliant avec justesse fond et forme, le long-métrage est une réussite cinématographique.

Sandler incarne Howard Ratner, un bijoutier new-yorkais sans scrupules qui se voit submerger par sa vénalité sans limite. Accro à tout ce qui brille et le ferait briller, que ce soient les paris, la luxure, les carats ou la célébrité, le joaillier s’enfonce dans un cercle infernal. Dans sa descente aux enfers, Adam Sandler, méconnaissable par moments par son jeu d’acteur, rencontre Kevin Garnett, The Weeknd ou encore Lakeith Stanfield (Selma, Get Out, Sorry To Bother You, Dope, N.W.A : Straight Outta Compton…). Uncut Gems est incontestablement un film à voir pour de nombreuses raisons, mais surtout pour les trois suivantes.

(Cet article ne contient pas de spoilers).

Nouveau joyau des frères réalisateurs Safdie

Après le fascinant Good Time, starring Robert Pattinson qui interprétait déjà un personnage en chute libre, le duo Safdie poursuit avec Uncut Gems son analyse d’une société américaine malade, violente, impitoyable. Dans sa déchéance la plus crue. Si le premier s’attardait sur le destin de deux frères tout juste adultes livrés à eux-mêmes, celui-ci dépeint la cupidité folle d’un bijoutier qui a déjà tout ce qu’il faut mais qui veut toujours plus. Malgré ces deux sphères sociales bien distinctes, les deux longs-métrages mettent en scène une envie maladive d’ascension, de réussite et de possession. Le cauchemar américain au rythme insoutenable et à l’intrigue stylisée.

L’un des meilleurs rôles d’Adam Sandler

Plongé dans cette course contre-la-montre, où les plans s’enchaînent, les conversations s’entrecoupent, la caméra embarquée règne, les protagonistes s’interpellent, crient, s’insultent, Adam Sandler arrive à se distinguer. Loin du Sandler grotesque lors de comédies caricaturales ou intenable en talk-shows, ici, l’acteur ne fait qu’un avec son personnage : vulgaire, vénal, arriviste, insupportable, presque détestable. Et bien que quelques rôles plus ou moins discrets avaient marqué le pas avec le registre comique (The Meyerowitz Stories, Funny People, The Cobbler…), Adam crève l’écran comme rarement il avait pu le faire. La mise en scène des Safdie y est pour beaucoup en réussissant à nous donner l’impression d’un face-à-face renversant avec l’acteur malgré l’atmosphère pesante du film. Une transformation sous la direction des deux frères qui rappelle celle de Pattinson.

Un casting et une bande-son 5 étoiles

Pour épauler la prestation de Sandler, Uncut Gems convie des acteurs confirmés tels que Julia Fox, Idina Menzel, Judd Hirsch, Eric Bogosian ou encore Lakeith Stanfield, mais aussi des invités de luxe : la légende du basket américain Kevin Garnett et le starboy canadien The Weeknd. Bien qu’interprétant des personnages secondaires, l’athlète et l’artiste apportent de la consistance et un réalisme précieux au scénario. Le casting de la soundtrack est également bien fourni puisque s’y retrouvent Lil Uzi Vert, le même The Weeknd ainsi que le rappeur NLE Choppa, sans oublier les titres originaux du musicien Daniel Loptain. À travers cette collaboration avec Netflix, Joshua et Ben Safdie rappellent qu’ils ne laissent rien au hasard.