30 novembre 2018, 1:03 -

Annoncé en début de semaine, le feautirng entre les rappeurs Médine et Booba intitulé « KYLL » est maintenant disponible !

Écoute gratuite avec

 

 

Paroles/Lyrics :

REFRAIN : Booba
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime, du coup j’veux tous les tuer
Les autres sont partis à la mer, moi j’ai bibi tout l’été
Mama piétine-moi, le paradis est sous tes pieds
Tu parleras couramment chinois, quand j’vais t’menotter sous l’évier

COUPLET : Medine
Ils maudissent le Diable en public (Nhar Sheitan), mais lui obéissent en privé
La France n’est qu’une petite Amérique (c’est la Gaule), ou bien c’est juste un grand quartier
Marseille a ses palmiers en plastique, mais des armes bel et bien en acier
J’m’en bats les steaks de leurs articles, et d’leurs vérités photoshoppées
Rebeu nouveau et renoi moderne, en showcase devant la brigade mondaine
Les bras en croix comme étoile de mer, mon couplet tagué sur une toile de maître
J’fais des fautes d’orthographe même à l’oral, j’ai des fous rires nerveux dans mon mémorial
Dans 150 mètres carrés habitables, j’rappe pour casser leur structure pyramidale (oh)
J’ai plus confiance en l’homme, depuis que je prends de l’âge
Ils apprennent au perroquet à prononcer le mot « cage »
J’apprends des critiques pas des louanges, franco-algérien démon ange (DZ)
Volcan fait de magma et de glace, Duc’zer et Panthère dans l’club house

REFRAIN : Booba
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime, du coup j’veux tous les tuer
Les autres sont partis à la mer, moi j’ai bibi tout l’été
Mama piétine-moi, le paradis est sous tes pieds
Tu parleras couramment chinois, quand j’vais t’menotter sous l’évier
Y’avait des mères à niquer, vous auriez dû m’appeler
Du nègre de l’algérien, font du Kylian Mbappé
Mon recou est changé, mais j’n’ai jamais baissé la garde
J’ai peut-être changé même si j’ai pas rasé la barbe

COUPLET : Booba et (Medine)
(Omar le Khan)
Massoud Mekka Luna
(Mbappé Kylian)
Alger Dakar c’est la oumma
(Est-ce que tu crois, en la justice et ses lois ?
Frère moi je n’crois, qu’aux honoraires de mon avocat
But, prosternation sur la p’louse, pousse la radio pour couvrir leurs écoutes
Coupe la tête du coq et il court toujours, le 9 février au Zénith ça sera full, oh
Jamais je n’bats en retrait, j’ai une carrière que même l’enfer rejetterais
Une polémique par mois mais j’reste jovial, j’fais plus d’audimat que le mariage royal
Pour le birthday de ma niña, j’commande Marine en piñata
Un peu de Selecto dans un bol de banania
J’n’ai pas rasé ma barbe en mémoire de mes ancêtres
Il paraît qu’les grands peintres ont observé les grands maitres)

REFRAIN : Booba
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime
Je les aime tous, aucun ne m’aime, du coup j’veux tous les tuer
Les autres sont partis à la mer, moi j’ai bibi tout l’été
Mama piétine-moi, le paradis est sous tes pieds
Tu parleras couramment chinois, quand j’vais t’menotter sous l’évier
Y’avait des mères à niquer, vous auriez dû m’appeler
Du nègre de l’algérien, vend du Kylian Mbappé
Mon recou est changé, mais j’n’ai jamais baissé la garde
J’ai peut-être changé même si j’ai pas rasé la barbe