26 octobre 2017, 10:46 -

C’est au cours d’une interview croisée avec Catherine Deneuve pour Les Inrockuptibles, en marge de la sortie de premier long-métrage, que le jeune rappeur a défendu l’univers du rap. Nekfeu a également relaté son expérience sur le tournage de « Tout nous sépare ».

Il a confié qu’il aimerait que les portes du Cinéma s’ouvrent davantage pour les rappeurs : « Ça peut sonner comme la démarche naïve d’un petit con, mais j’aimerais bien que le cinéma français respecte les rappeurs. J’aimerais que des mecs comme Kaaris se voient proposer autre chose que des rôles de braqueurs. Mais je ne suis pas dupe, je sais bien que le cinéma français fonctionne aussi selon la notoriété et selon le type de public qu’il y a derrière les noms du casting », explique-t-il en rebondissant sur le fait qu’il était « important de faire la distinction » en justifiant le choix d’afficher son identité au générique  et non son nom de scène.

Le jeune homme a également réagi sur le mouvement #BalanceTonPorc et a parlé des idées reçues de la misogynie dans le monde du rap. « Je la trouve légitime quand on ne connaît pas les codes du hip-hop ». Il explique néanmoins que les rappeurs, que l’on pointe trop souvent du doigt, ne sont pas les principaux coupables de sexisme. « Je pense qu’il y a moins de violeurs dans le rap français qu’en politique, par exemple » déclare-t-il en certifiant qu’il « ne croit pas à la misogynie du rap ».

Interview à retrouver en intégralité dans le magazine Les Inrockuptibles, hebdomadaire du 25 octobre 2017.