25 avril 2019, 9:59 -

NIRO remixe le « Testament » de ROHFF !

Niro pose ses couplets sur l’instru du classique de Rohff, « Testament ».

 

Paroles/Lyrics :

Hey hey
J’pense à la mort constamment

J’pense à la mort constamment, c’est l’premier testament
Rédigé consciemment, fais comme si j’étais né récemment
J’rappe pas hardcore pour fasciner les [?*], comme les autres rabats-joie
J’sais qu’la rue c’est rasoir, on fait l’argent, y’a pas l’choix 
Trop sincère pour leur faire la bise, trop réel pour ruser ma vie
Si t’arrives à faire le buzz, tout l’rap game va t’sucer la bite
J’suis arrivé comme un ovni, vaillant parmi les thos-my

Chercher des bonhommes, c’est chercher l’sommeil en pleine insomnie
J’me lève au milieu d’la nuit, j’vois moins l’soleil que la lune
J’rêve de m’barrer d’ici, j’fais des cauchemars où j’les allume
J’ai traîné jusqu’à voir mes doigts sortir de ma paire de Nike
Charbonner sans faire de maille, j’ai réussi sans leur faire de mal
C’est Dieu qui m’a permit d’avoir c’que j’ai, faut pas me blamer
Pourquoi ils m’en veulent Allah Waalam, on l’saura sûrement jamais
J’suis isolé comme un fumeur de crack porte de la Chapelle
Et j’compte plus l’nombre de Wlad la9hab qui m’ont fait d’la peine

Même si leurs ??? c’est ma bite, j’ai pas craché toute ma haine
J’raccroche au nez du show-biz, j’ai mes fils en double appel
Mon frère, la rue a l’corps dans les flammes mais la tête sous l’eau
Bats les couilles de passer [?*]
Y’avait d’l’air dans moteur à sec au fond du réservoir
Mais j’ai refusé d’prendre tout c’que ces bouffons rêvaient d’avoir
J’veux pas qu’tu prennes mes patins d’vant ces quatins
Ils prennent ta gentillesse pour ta faiblesse, ils t’prennent pour une tain-p’
Ils savent avec qui faire les fous quand c’est un cercle restraint
J’ai jamais fait l’voyou pourtant wallah j’pourrai les éteindre

À c’qu’il paraît si, à c’qu’il paraît ça, vu d’ici, y’a qu’leurs bouches à bite qui nous paraît sales
J’anticipe, bientôt j’vais ter-cla, comme ta bécane, j’suis en entrain d’serrer
Trop d’fils de putes avérés qui ricanent, qui peuvent pas t’blairer
M’ont pris pour un ???, c’est tout pour les intérêts
Et trop d’salopes pas rémunérées, et trop d’oseille à récupérer
On rêve d’une vie honnête, y’aura pas débat sur la ???
Parc’qu’ils savent pas qui on est, ils nous ont jugé par défaut
Vu les problèmes sillonés, on veut tous sortir de la hess mais la justice nous rit au nez
Ces fils de putains nous rabaissent, j’aime pas leurs manières de faire, j’aime pas leur condescendance

Avant qu’le jugement commence, ils connaissent déjà la sentence
J’pense que tous les juges et procureurs iront en enfer, pour avoir abuser d’leurs pouvoirs sur ceux qu’on enferme
Aux yeux d’l’Etat, t’es qu’un pauvre, ils te feront r’ssentir qu’tes rien pourtant c’est avec tes impôts qui payent leurs salaires de chien
Et les violences policaires, faut faire quoi pour les voir cesser, faut combien d’morts ? Combien d’blessés ? Combien d’insultes à encaisser ?
Sont toujours acquittés, affaires non-élucidées, ont meurt au comico, aux shtars, ils disent qu’on s’est sucidé
Hein, tu crois j’rigole, hein, combien ??? qu’toi
Beaucoup plus gentils qu’toi, ils avaient plus de vécu qu’toi
Ils s’font piquer en taule, ils r’sortent comme des légumes

J’crois, y’a qu’les fantômes qui seront témoins de leurs peines
J’dois dire les choses comme elles sont, j’dois en tirer des leçons
J’vois personne innocent, soir-ce j’reviens en sang
Y’avait qu’des dealers ici, y’avait qu’des voleurs aussi
À part mes fils, j’aurai jamais vu l’bohneur ici
J’aurai pas fini HS comme certains qu’on incarcère
Y’en a trop, on les compte plus comme les morts à Marseille
D’ailleurs là-bas, j’suis chez moi, à B.L.O, j’suis chez moi, à Paname, j’suis chez moi
Dans le 9.3, j’suis chez moi, dans le 9.4, le 9.1, le 45, j’suis chez moi
J’ai d’l’amour pour tous les quartiers d’France, qu’Dieu m’en soit témoin

Tes rappeurs jouent les héros, ils vendent plus que moi sont pas heureux parc’que dans la rue c’est Niro, y’a aucun regard sur eux
J’ai pas cherché la gloire, j’suis pas une bête de foire
Avant d’l’avoir, j’écrivais déjà l’histoire, en bas d’chez toi même le samedi soir
Posé dans l’hall quand t’étais en boite, quand t’étais en voie d’disparition poto j’étais en bas
La sse-lia rentre pas dans la sacoche, plus de monnaie, plus de blèmes-pro
J’regarde pas c’qu’il a dans sa poche, c’qui m’intéresse c’est la mienne gros
J’ai reçu, j’ai donné aussi, j’ai déçu, j’ai déçu aussi
Même si ici ça sentait l’roussi sans les sucer j’ai réussi

J’préfère mourrir à trente dans l’vrai qu’à soixante dans la tromperie
Chachun son prix, c’est quand j’me suis compris que j’vous ai compris
J’suis ??? comme gilets jaunes face à Macron
Niro c’est moi, j’aime pas sa tronche, j’reviens quand j’veux, j’suis mon patron, whourp

Hey hey
On pense à la mort constamment, c’est l’premier testament
Rédigé consciemment
N.I.R.O.H.2F
Ambition Music
À tous les quartiers d’France
À tous les frères en taule
Ouais ouais
Aux disparus