8 avril 2019, 16:26 -

« J’me promène sur les Champs-Elysées avec le seum qui fait peur aux riches »

Si vous étiez dans une grotte et avez raté l’incroyable week-end de PNL, je vous fais une passe décisive. Rassurez-vous : cet article n’est pas une critique maladroite de l’album, comme certains l’ont fait. 

Je suis un homme heureux. Cet été, je vais pouvoir écouter l’album de PNL avec un cocktail frais et une chicha toute flinguée, sous mon petit parasol. Vendredi matin, dans mon sombre RER A direction Boissy Saint-Léger (personne ne connait cette ville), j’étais dans un « Autre monde » grâce au nouveau bonbon d’Ademo et NOS. Vous allez sûrement me trouver bizarre mais ce qui me faisait le plus kiffer, c’était d’observer les personnes de 15-30 ans avec des écouteurs dans mon wagon.

Je savais qu’il y en avait au moins quelques-uns qui écoutaient le nouvel album du duo des Tarterets. Je tentais donc de leur faire discrètement quelques clins d’oeil et signes QLF pour leur montrer mon appartenance à la secte. Échec total pour ma première tentative d’approche. Une fille m’a lancé un énorme regard noir, pensant probablement que je tentais de la harceler. J’ai tapé toute la journée les termes « asiat bizarre rer A » dans ma barre de recherche Twitter pour vérifier si je n’avais pas pris un thread sur ma gueule.

Mieux qu’un but à la 90ème minute.

J’ai donc changé de cible et visé un mec qui avait l’air plutôt cool, que l’on appellera Christian. Il avait, à première vue, une dégaine à écouter du PNL. Oui, ce que je dis n’a aucun sens mais je me comprends. Je lui ai sorti 2-3 clins d’oeil furtifs et murmures à voix basse « Au DD j’la passe, la détaille, la pé-cou, la vi-sser, des regrets devant ton bébé » afin de l’interpeller. 

Mira-cle : il me répond également de plusieurs clins d’oeil. OUIIIIIII ! Un autre frère QLF ! Puis il commence à me fixer de façon insistante en se mordant les lèvres. Oula, il y a méprise… J’ai vite compris que Christian était d’avantage « Que Les Fes*** » que « Que La Famille ». Quiproquo total. C’était l’heure de fuir. Dans ma tête, les douze coups de midi venaient de retentir. Je suis immédiatement descendu du RER. Bref, passons.

Quand Christian a commencé à se mordre les lèvres.

Les deux reufs ont réussi à rentrer dans la légende du rap français. Il faudrait être de mauvaise foi pour le nier. L’album est une masterclass, et surpasse à mon goût « Dans La Légende », leur précédent projet. Après la première écoute de « Deux Frères », j’étais bien décidé à appeler mes futurs enfants Tarik et Nabil. Et tant pis pour elles si c’est des filles. Ça sera Tarika et Nabilla, voilà.

Après la deuxième écoute, je me suis persuadé que je pouvais également devenir rappeur. Je m’imaginais déjà en train de présenter mon projet dans La Sauce de Mehdi Maïzi. Finalement, ma mère est venue casser mon délire en criant devant la porte de ma chambre « Il est 4h du matin, tu baisses ta musique ou je réveille ton père ?! ». Allez, au DoDo ! 

Je suis journaliste, pas graphiste.

Leur stratégie de communication était tout simplement fantastique. Je vous avoue que j’ai été très emballé lorsque j’ai ouvert mon application Uber et vu les trois lettres « P-N-L » accompagnées de « 0€ ». Oui, je suis pauvre, et alors ? Je me voyais déjà dans la gova à faire un featuring avec le chauffeur sur « Chang ».

Retrouvez-moi samedi soir en showcase à partir de 23h. Entrée gratuite pour toutes les filles jusqu’à 6h du matin.

Déception totale : après 30 minutes passées à fixer mon téléphone en fronçant les sourcils, toujours pas le moindre chauffeur de dispo. « Pas de chauffeur disponible igo » me répondait de façon insolente cette application de merde. Bande d’enfoirés. Plus violent qu’une feinte de Kylian Mbappé.

Je vous jure que si j’avais de l’argent, je prendrais des taxis jusqu’à la fin de ma vie, pour la peine. Mon rêve de showcase partait en fumée. 

Autre exploit : vendredi soir, le duo des Tarterets et son équipe a même réussi à rassembler une foule sur les Champs-Elysées, sans aucune véritable annonce de faites auparavant. Pendant 24h, ils ont pris la France et l’ont fait ner-tour à deux.

Du haut de leur bus digne de celui de l’Équipe de France en juillet dernier, NOS, Ademo et leurs potes ont donné, seulement quelques minutes avant, rendez-vous à leurs fans sur la plus belle avenue du monde via un banal snap « Direction les champs on se voit là-bas ». Comme si eux aussi avaient ramené la coupe à la maison. PNL et leur bande ont dévalé les Champs à toute allure avec du Gucci comme Mitch, avant de se promener dans les beaux quartiers avec le seum qui fait peur aux riches. 

Le groupe du 91 n’a aucune limite et leur popularité est tout simplement hors-norme. Inutile de vous préciser que si vous souhaitez vous lancer prochainement en politique, la première chose à faire est de vous mettre les Frères Andrieu dans votre poche. En 2-3 tweets avec un « 🌎» à la fin, ils pourraient vous conduire vers les portes de l’Élysée. 

« La mif direction l’Elysée on arrive 🌎 »

Forcément, les Frères PNL ne peuvent pas plaire à tout le monde. Mais il est injuste de les réduire à de vulgaires « Dealers de shit dépressifs », comme pouvait l’écrire le Point. Ils défendent un art qui mérite, comme pour tous les autres, le respect. Chacun ses goûts et ses couleurs. Vous avez totalement le droit de ne pas apprécier une œuvre. Mais le minimum est, surtout lorsqu’on est journaliste, de respecter le travail de son/ses auteurs. 

Je trouve la pizza à l’ananas dégueulasse mais ce n’est pas pour autant que je vais dire à tout ceux qui la mangent qu’ils ont des goûts de merde. (allez-vous faire soigner, bande de malades)

« Quel groupe de racailles-dealers dépressifs, quand même. Tu ne trouves pas, Arnaud ? »

Et au pire, ce ne sont certainement pas des médias généralistes, qui ne donnent la parole au rap que lorsqu’il faut parler de bagarres, qui sont en mesure de juger notre art. Leurs gouttes de seum ont l’odeur de l’enfer. Bat les couilles de vos critiques de bas étage. Bat les couilles, ils visent le sommet.

Et au pire, les chiffres parlent pour eux : 74.223 exemplaires de leur nouvel album ont été vendus en 3 jours, dont 45.346 en physique. Les frères PNL ont pris le rap français et l’ont enculé à deux. Qu’ils le disent ouvertement si les autres rappeurs les dérangent, hein… 

Après, on est peut être un peu trop exigeant. Personne n’attend d’un footballeur qu’il soit un grand joueur de golf ou d’un agent immobilier qu’il sache faire un plat gastronomique. Du coup, pourquoi est-ce qu’on s’indigne devant une mauvaise critique rap de la part du Point ? Personne ne peut se dresser sur la route des deux frères. Ni les journalistes, ni les maisons de disques, ni les labels, ni même les anges de l’Enfer. 

On a aussi une grosse pensée pour RK et Zola qui ont respectivement sorti leur album vendredi. Si leurs projets sont très réussis (bravo à eux), il faut avouer que les sortir le même jour que celui de PNL était très dangereux. C’est un peu comme aller en soirée avec Leonardo Di Caprio. Tu peux faire ton plus beau dégradé et mettre ta veste la plus fraîche, tu passeras quand même au second plan.

Bon, avec un peu de chance et sur un malentendu, peut-être qu’une petite meuf qui ne le reconnaît pas va s’intéresser à toi. Mais la probabilité est vraiment très mince.

Maintenant, à dans dix ans. En attendant, ils méritent amplement leurs noms sur la place des grands hommes.