28 février 2020, 11:46 -

Encore plus chaud. En trois mots, c’est ce qui résume le mieux ce nouvel album de Timal, une plongée dans un univers sombre et froid que le rappeur prend plaisir à enflammer.

Avec Caliente, Timal s’affirme comme un MC aussi efficace sur les notes de guitares et les mélodies que les basses saturées et les bangers agressifs. En deux ans, sa palette technique s’est étoffée et celui qu’on qualifiait alors de Trop Chaud prend du galon et s’ouvre à de nouveaux horizons. En atteste les collaborations présentes sur ce 17 titres, une nouveauté pour celui qui avait choisi sur son premier album de ne laisser parler que ses performances solos. Maes s’invite donc sur le dansant et planant Ailleurs, tandis que PLK découpe la production de Promis et que Leto accélère le rythme sur le très bon Week-End.

Certifié disque de Platine avec Trop Chaud, Timal a compris qu’augmenter la température signifie souvent augmenter la pression. Une contrainte qui oblige le MC a nous proposer de nouvelles ambiances vocales, moins rauques, plus chantantes. Et ça sans perdre l’identité furieuse qui a fait son succès. Ainsi, la mélancolie se distille les notes de guitare de titres comme Le Temps passe, alors que Timal montre de quel bois il se chauffe sur l’intriguant et puissant La 13. Il ne pouvait en être autrement. Des guitares, il y en a beaucoup dans ce projet qui sent bon les inspirations hispaniques et le soleil écrasant du sud, mais qui se plait dans la noirceur des texte crues d’un artiste formé par la rue. Caliente, c’est l’état d’esprit d’un MC passé de la street à la gloire en quelques temps. C’est l’album d’un espoir devenu pleinement titulaire. Avec ce nouveau projet, Timal n’a qu’un objectif : faire monter le mercure d’un cran pour définitivement sonner l’avis de canicule sur le rap game français.